Histoire du club

…par le regretté Guy Rivoal, membre d’honneur du GUC tennis

pause devant les montagnes

« Le GUC (Grenoble Université Club) Tennis dont nous allons parler est une des sections de ce grand club universitaire qu’est le GUC (Grenoble Université Club) fondé en 1925. C’est un club civil.

Le GUC Tennis a lui été créé en 1967 à l’initiative de Denise TRUC, bien que ne disposant pas à l’époque de terrains sur le domaine universitaire !

Il n’est pas rare de rencontrer dans beaucoup de clubs de la région et même de France des joueurs et joueuses qui sont passés par le GUC ou par le tennis Universitaire.

Les joueurs et joueuses du GUC se rendaient alors sur les courts situés de l’autre côté de Grenoble sur le territoire du CENG (Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble). Un partage ayant été fait entre les gens du CENG et les universitaires, c’est évidemment là que se sont déroulés les premiers tournois du GUC Tennis. Ces compétitions ont tout de suite connu un tel engouement et certains noms de joueurs et joueuses sont encore dans les mémoires.

Depuis ce temps là, le synchrotron a pris la place des installations sportives du CENG qui se sont retrouvées quelques kilomètres plus à l’ouest sur le territoire de Sassenage, tandis que sur le campus les courts de tennis s’ajoutaient les uns aux autres, selon un plan quadriennal qui prévoyait le doublement tous les 4 ans (4-8-16). Il s’est agit tout d’abord d’une batterie de 4 courts en quick rouge et d’un mur d’entraînement comme, à notre connaissance, nous n’en avons pas vu d’autres en France.

Et nous n’hésitons pas à écrire que ce mur est probablement la surface de jeu la plus utilisée, c’est également là que l’on peut trouver actuellement des partenaires.

Les installations étant créées, il fallait bien en faire quelque chose.

Cela ne tardera guère puisqu’en 1973 le GUC féminin accédait au championnat de France (le GUC masculin n’y accédant que quelques années plus tard). L’équipe féminine connu alors une période faste de plus de 20 ans en 2è division nationale (ne redescendant jamais) dont 4 ans en 1ère division (il y avait alors 3 divisions).

C’est également la même année, 1973, qu’a été créé officiellement ce que l’on a appelé l’Ecole de Tennis des Universités de Grenoble (ETUG) dont la mission était de regrouper tous les étudiants non intéressés par la compétition.

Cette instance typiquement universitaire, dirigée par un prof de sport fait partie du SIUAPS (Service Inter-Universitaire des Activités Physiques et Sportives), qui regroupe toutes les activités sportives universitaires.

Le GUC est en quelques sortes la locomotive et la vitrine du sport sur le campus.

Jusqu’en 1976, il y avait très peu d’équipes en championnat de France et forcément beaucoup moins de joueuses et joueurs de haut niveau. Les nombres et les niveaux vont alors rapidement progresser.

En 1986-1987, les deux équipes hommes et dames sont en 1ère division, chose très rare pour un club.

La force du GUC a été que de disposer très vite de très bons joueurs et joueuses, sans avoir jamais pratiqué le recrutement, car privilégiant toujours la qualité de la formation, garantie d’une bonne fidélisation.

C’était aussi l’époque (nous parlons toujours des années 70) où les personnels d’accueils et de contrôle n’existaient pas. Ce club marchait pour ainsi dire tout seul grâce à une organisation à partir de tableaux dans lesquels il fallait insérer soi même sa carte, mais aussi grâce à la proximité d’un chalet bar dont les gestionnaires assuraient un minimum de contrôle. Période idéale sans doute.

Tout ceci étant orchestré par un comité directeur de 15 membres, dirigé d’abord par Denise TRUC, puis par Yvan TARDRES à partir de 1979.

L’ensemble GUC TENNIS (1000) + ETUG (2000) est allé jusqu’à compter plus de 3000 pratiquants dont plus de 200 joueurs et joueuses classés.

Les tournois de l’époque ne se déroulaient qu’en week-end sur les 18 courts découverts.

Durant les tournois, c’étaient 36 personnes qui se présentaient toutes les 90 minutes au contrôle sous la haute main du juge-arbitre Gérald DEVISMES (les participations au tournoi avoisinant les 800 personnes) sans compter les 36 personnes qui revenaient des cours. Il y avait de l’ambiance à l’époque !

La création en 1983 de la halle couverte, 4 courts avec un club house, restaurant véritable fut le début d’une nouvelle période de la vie du club, qui possédait enfin un instrument de travail à la dimension des résultats sportifs.

Quand on en parle de cette façon on pourrait croire que les choses arrivent par l’opération du saint esprit.

Il n’en est évidemment rien, aussi les responsables ont-ils du avoir constamment à l’esprit de développement de leur organisation allant de pair avec l’entretien des courts et surtout avec le souci de ne jamais se tromper. Dans les options prises dans la mesure où ce sont les adhérents qui financent en grande partie les installations.

Dans un premier temps la halle couverte fut la façon d’avoir des courts éclairés mais dans un deuxième temps, il a bien fallu éclairer les courts extérieurs, nous avions donc pris du retard par rapport à nos concurrents dont les mairies avaient enfin mesuré l’ampleur du problème et agit en conséquence.

C’est ainsi que dans la halle les espaces avaient été créés mais non aménagés.

Rendons ici hommage au président Serge Layat qui après Yvan Tardrès a été le continuateur du projet aménageant les espaces laissés libres.

En attendant mieux, c’est ainsi qu’un bureau de l’école de tennis universitaire a été créé en 1995. Cette organisation comportant plus de 2000 étudiants ne disposait toujours pas, chose à peine croyable d’un local en propre.

Les présidents successifs du GUC Tennis

Denise TRUC – 10 ans
Yvan TARDRES – 12 ans
Serge LAYAT – 9 ans
Roger DESSERTINE – 6 mois
Stéphane PLAWESKI – 4 ans
Pierre CREPATTE actuellement.

Le club a eu à déplorer la disparition de son président Roger DESSERTINE qui s’annonçait comme un grand président.

Roger est toujours et encore, présent dans toutes les mémoires, pour l’action menée au sein du club préalablement à sa présidence.

Stéphane PLAWESKI qui ne l’avait sans doute pas prévu s’est alors désigné pour lui succéder.

Les équipes

Un club est surtout connu et notamment au niveau national par le biais de ses équipes.

Seules les équipes 1 représentent le club. Mais à l’heure actuelle il y a des équipes 1 dans toutes les catégories d’âge depuis les tous petits jusqu’aux aînés.

Dans toutes ces catégories le GUC a eu son lot de succès, suite logique des bons résultats obtenus par les équipes 1 seniors, aux différentes époques.

Ce club a toujours su donner les moyens aux meilleurs de se développer, sans négliger la masse pas forcément intéressée par la compétition.

J’ai un regret concernant cette « masse » que l’on aimerait voir un peu plus nombreuse aux différentes manifestations organisées par le club.

Mais, à l’heure actuelle, il faut sans doute s’y résigner, sinon s’en réjouir ; les gens sont devenus plus acteurs que spectateurs, et pourtant ils apprendraient beaucoup en venant voir les matchs, en pensant à leurs propres progrès.

Mais là il y a encore du chemin à faire, pour se défaire par exemple des phénomènes de mode. On ne s’intéresse pas aux inconnus fussent-ils illustres eux-mêmes si ce serait là l’occasion de les approcher.

Il faut dire que l’une des faiblesses de club est de n’être pas situé sur le lieu d’habitation des acteurs, ceci étant contrebalancé par le fait que ce club est situé en pleine campagne en bordure de l’Isère, près des champs cultivés, dans la nature !

Ce club a pris en 1994 le nom de sa fondatrice Denise TRUC décédée en 1978. »

Merci à Guy RIVOAL, membre d’honneur du GUC Tennis, pour toutes ces précieuses informations.